Publié le

Impressions, 10 ans après

Karim TATAI CP Patrick Lambin

Les années passent et Karim continue à prendre des photos et nous continuons à monter des expositions avec ses photographies. Parce que pour lui, ces moments de rencontres que sont les vernissages sont importants….

Cela fait 10 ans maintenant que Karim a rencontré la photographie. Mais cela fait 10 ans qu’il a été diagnostiqué autiste et cela fait 10 ans qu’il a décidé de rester vivre à la maison et de ne plus aller dans un centre pour personnes handicapées… Cela a été un grand bouleversement pour nous tous…

Karim TATAI CP Patrick Lambin
CP Patrick Lambin

Il a fallut composer, inventer une vie, essayer d’accompagner Karim vers des rêves d’avenir qu’il n’était pas capable d’exprimer… Heureusement qu’il y a eu la photographie. Elle a beaucoup apporté. Tout d’abord une activité à Karim, un peu (beaucoup) rétif à être occupé (comme un enfant, lui qui se voit comme un adulte), une activité qui lui apporte du lien social, de la reconnaissance, une certaine idée de travail, d’effort, de constance.

C’est vrai que cela aurait été plus facile qu’il puisse faire un travail régulier avec une fiche de paye chaque mois… Pas forcément pour la paye, mais surtout pour la régularité de la rétribution de son travail….

vernissage Karim TATAI StrasbourgQuand on expose, c’est pour montrer son travail, mais cela n’est pas forcément lié à une rétribution…. rien n’est mesurable dans un rapport franc travail = salaire, ce qu’il est très difficile à faire comprendre à une personne comme Karim….  d’autant que pour lui, sa richesse se mesure en DVD dans ses étagères… Ça, au moins, c’est palpable….

Nous, ses proches, nous mesurons plutôt l’apport de la photographie et des expositions en progrès effectués ou possibles dans cet accompagnement que nous avons choisi il y a 10 ans lorsque Karim a décidé de quitter l’institution pour vivre à la maison.  Il nous a fallut alors trouver du sens à toutes les heures à venir, à toutes les années à venir, à toute la vie à venir pour l’homme en devenir.

Karim TATAI CP Faon Photography
CP Faon Photography

10 ans, cela fait 3652 jours, 58432 heures (si l’on enlève les 8 heures de sommeil de Karim) qu’il faut remplir de sens, de relations, de vie… Ce n’est pas évident tous les jours. d’autant que forcément, je ne lui suffit pas malgré notre attachement et cela est normal… Quel adolescent, quel homme supporte la présence permanente de sa mère et des remontrances qui forcément vont avec, ne serait-ce que les sempiternels “range ta chambre” ou “débarrasse ton assiette”…. Sans compter toutes les manifestations inhérentes à son handicap, les angoisses débordantes, les crises autistiques, sa déficience mentale qui l’empêche de comprendre certains événements ou comportements.

Et pourtant, même s’ils ne sont pas aussi rapides qu’on le souhaiterait, les progrès sont là, chaque mois, chaque années plus nombreux… Karim s’inscrit dans la vie de sa famille, de sa rue, de sa ville... Il explore le monde, même s’il est toujours très difficile de l’arracher de sa “maison”. Les départs sont toujours difficiles, tributaires de tellement de paramètres même si l’on est loin de ceux d’il y a dix ans quand il défaisait dix fois les valises, qu’il redéchargeait les valises mises dans le coffre de la voiture…. Il parle de partir, même si l’on sait que le départ sera encore difficile, il est au moins envisageable.

Karim TATAI Strasbourg
CP Karim TATAI

Bien sûr, quand on est déficient mental, qu’on ne sait ni lire, ni écrire, ni compter, on est forcément dépendant des autres. Passer un coup de téléphone pour joindre un ami et prendre de ses nouvelles passe forcément par un de ses proches. Par contre, il arrive très bien à se repérer et à circuler dans sa ville Strasbourg par un tas de petites astuces et son grand sens de l’orientation. Il se trompe rarement de bus ou de tram.

Karim et rita TATAI CP Faon Photography
CP Faon Photography

Bien sûr, il y a des jours avec et des jours sans…. Des jours sombres où la violence prend le dessus, liée à son sentiment d’impuissance et son incapacité à gérer seul sa vie…. Comment lui faire comprendre alors que c’est quelque chose qui nous arrive à tous et que nous composons tous entre nos rêves et la vie que nous menons…

C’est un peu le bilan de ces dix ans que je fais dans notre livre “Moi Karim je suis photographe”. Notre livre parce que pour la moitié du livre ce sont ses photos, ni retouchées, ni recadrées puisqu’il ne sait pas le faire lui-même… Pour l’autre moitié, je raconte ces dix ans, nos petites victoires, nos projets, nos échecs aussi, et toutes les questions que je me pose. sur le handicap, sur la façon dont il est perçu et traité en France….

Livre Moi Karim je suis photographe, Rita et karim TATAI Editions Un bout de chemin
Aux Editions Un bout de Chemin

Pourquoi les personnes handicapées sont-elles aussi peu visibles dans l’espace public alors qu’on parle tellement d’accessibilité, d’inclusion ? Combien d’années faudra-t-il pour que la France devienne une société inclusive où chacun a sa place quelque soit ses croyances, son genre ou son handicap ? Pourquoi les personnes handicapées doivent se battre plus, faire plus d’effort pour arriver aux même droits que les personnes valides ?

Moi Karim Je suis photographe, Rita et Karim TATAI Editions Un bout de chemin
Moi Karim Je suis photographe, Rita et Karim TATAI

On peut acheter le livre directement sur le site de la maison d’édition : Un bout de chemin Editions… C’est une petite maison d’édition associative dirigée par une femme passionnée Angelita Martins

Préface de Joseph Schovanec

Un livre, c’est aussi un travail d’équipe

le texte,  a été relu  Marie-Sophie Kormann et Christine Appréderisse Triebel

Les pages et la couverture  ont été réalisées par Philippe Delangle, François Rieg, Dans les villes

Merci à  Angelita Martins, l’éditrice de Un bout de chemin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *